Tag: vegan

Plaidoyer pour le véganisme heureux


“I am a happy vegan” – Jo-Ann McArthur

JG3_0154

Crédits photo: Jo-Ann McArthur, We animals

Il y a environ un an, je suis entrée dans une salle de cinéma en tant que végane frustrée. J’allais voir The Ghosts in our machine, un documentaire de Liz Marshall mettant en vedette Jo-Ann McArthur, une photographe des animaux. Celle-ci était sur place pour discuter à la fin de la présentation.

On lui posa une question dont je ne me souviens plus clairement, en lien avec la gestion de la colère qu’éprouvent souvent les personnes végétaliennes face aux choix de vie des autres. Et Jo-Ann répondit, calmement, compréhensive, souriante : I am a happy vegan.

Quand elle a dit ça, pour moi, le temps s’est arrêté. (Je ne me souviens même plus de ce qu’elle a dit ensuite)

J’ai réalisé à quel point c’était important.

Le renforcement positif comme moyen d’influencer les autres, et le besoin d’être bien dans sa peau pour notre propre qualité de vie. Et plus encore : il m’est difficile d’exprimer toute la richesse de ce que j’ai ressenti et réalisé à ce moment-là.

Cela m’a si fortement imprégné que j’ai quitté la salle le cœur en fête, et je me suis dit : quand je vais être grande, je vais être une “happy vegan”! Une personne heureuse de ce que je suis, plutôt que malheureuse de ce que les autres ne sont pas. Cette soirée a marqué un tournant dans ma relation au véganisme. J’ai dû me le rappeler souvent, mais je suis aujourd’hui plus proche de cet idéal que de son opposé. Je crois que ça m’a rendu plus cohérente et plus facile à vivre pour mes ami.e.s, pour ma famille et pour moi-même.

Depuis cette réalisation, j’ai moins envie de me battre contre “les méchant.e.s qui ne sont pas dans ma gang”. Je continue d’agir au meilleur de mes connaissances et capacités. Je mange des végétaux, que des végétaux, principalement biologiques, principalement locaux. Je les achète en vrac, non-emballés, complets. Je m’habille principalement de coton et j’encourage des compagnies éthiques et sympathiques. Mes activités et mon mode de vie sont en accord avec mes valeurs, mes envies, mes idéaux.

Être végane, ça fait du bien. C’est un pas important vers plus de respect des animaux, des humains et de la vie. Un pas important vers un corps sain, vers une utilisation viable des ressources planétaires. Un pas dans la bonne direction pour la conservation de la biodiversité, des rares forêts vierges qui restent à la planète, de la vie marine, et de l’eau potable. C’est une célébration quotidienne.

Et être bien, ça fait du bien aussi. Dans son documentaire Solutions locales pour un désordre global, Coline Serreau disait : “Des films catastrophes ont été tournés, des messages alarmistes lancés, ils ont eu leur utilité mais il faut désormais montrer qu’il existe des solutions, faire entendre les réflexions de ceux qui inventent et expérimentent des alternatives.” Oui. Être en désaccord, dénoncer, je l’ai fait et je le ferai encore, mais aujourd’hui, je dois respirer. Et enseigner. Par l’exemple, qui fonctionne, qui est joyeux.

Et la privation?

C’est une bonne question! Il faudrait me rappeler ce dont je me prive. De décisions qui me rendraient inconfortable? De problèmes de santé que je préfère éviter? De goûts et de textures dont je me souviens à peine… Il y a tellement à explorer dans l’alimentation et le mode de vie véganes que je n’ai pas le temps de penser à ce que je choisis de ne pas consommer. J’ai tant découvert que j’ai l’impression d’avoir beaucoup plus de choix aujourd’hui que j’en avais il y a plusieurs années. Ok, au début c’était un défi, mais non, ce ne l’est plus maintenant. En fait, c’est devenu naturel, j’en oublie même que j’ai déjà fait autrement.

Être végane, c’est franchement cool. C’est un départ individuel pour amorcer une belle transition, un changement de paradigme de société. Ce que je recherche!

Opinion vegan : Le paradoxe de la viande !


Lecture vegan des plus intéressante, sérieuse, pleine d’arguments et d’éclaircissements !

En prime une liste d’autres lectures sur le sujet du véganisme !

L’Article : Le Paradoxe de la viande

L’auteure :

Dr Melanie Joy

Dr Melanie Joy

Melanie Joy, Ph.D., Ed.M. est une psychologue diplômée de Harvard, professeur de psychologie et de sociologie à l’Université du Massachusetts de Boston, une conférencière célébrée, et auteur du livre primé Why We Love Dogs, Eat Pigs, and Wear Cows (Pourquoi nous aimons les chiens, mangeons les cochons et portons les vaches), qui sera bientôt publié en neuf langues et un livre coup-de-coeur de l’animatrice de télévision Ellen DeGeneres. Dre Joy était la huitième récipiendaire du prix Ahimsa de l’Institut Jainology (anciens récipiendaires : le Dalaï Lama et Nelson Mandela), qui lui a été présenté à la Chambre des communes de Londres. Elle a également reçu le prix Empty Cages (les cages vides), présenté par les conseillers municipaux de Milan, en Italie.

Dre Joy est la fondatrice et présidente de Carnism Awareness & Action Network.