Camille, 16 ans, a tiré ses propres conclusions !

Voilà deux années que Végane Montréal organise des pique-niques l’été… Et depuis le début je croise une jeune fille, qui est devenue une amie maintenant, avec qui j’ai jasé et qui était la seule végane dans sa famille. Ce phénomène m’a toujours fasciné… Les jeunes qui deviennent seuls véganes au milieu d’une famille qui ne l’est pas…

J’ai donc demandé à Camille si elle voulait bien écrire un article sur comment ça c’est passé pour elle et elle l’a fait !!!!
Voici Camille 16 ans:
camille

Et voici son article :


screenshot-2016-09-26-11-04-21

screenshot-2016-09-26-11-04-40

Vous vous demandez sûrement pourquoi j’ai pris cette grande décision?

Pourquoi j’ai décidé de laisser tomber tout produit animal pour me convertir en un régime complètement végé?

Je vais vous raconter…Comment j’ai connu le véganisme?

J’ai commencé à connaître le véganisme par ma meilleure amie qui est vegan.
Pendant plusieurs années, elle et moi avions perdu contact et quand on s’est retrouvées on est redevenues de super amies. Un moment donné, elle m’a parlé de son régime vegan. Et comme je ne savais pas ce que c’était, je lui demandai de m’expliquer.
Elle me dit ce que c’était, comment elle a commencé, ce qui était vegan ou pas, et comment elle remplaçait, par exemple le lait, la viande, le miel, le cuir, la laine, la soie etc..
Comme je ne comprenais pas vraiment ce que c’était, je ne réalisais pas pourquoi le miel, la laine, et la soie n’étaient pas vegan. Pourtant il me semblait que ça ne faisait de mal à personne?
Elle m’expliqua très clairement le pourquoi des choses; certaines compagnies maltraitent ses abeilles ou ses moutons
pour leur prendre ce qu’ils produisent ou créent (sauf qu’au sujet de la soie, je suis allée m’informer moi-même sur internet).

Honnêtement j’ai toujours été fascinée par son mode de vie. J’admirais parfaitement son choix. Quoique je me rappelle qu’en en parlant à des amis, ils se posaient des questions sur sa santé. L’un d’eux m’a demandé une fois : Comment fait-t- elle pour avoir du calcium si elle ne prend pas de lait de vache?
Ça a soulevé des questions en moi : C’est vrai, comment fait- t-elle pour le calcium? Il doit y avoir une explication.
Au fond de moi, je savais qu’il y en avait une. Mais comme je ne m’y connaissais pas en véganisme je décidai de poser mes questions à ma meilleure amie. Elle m’informa qu’il y avait du calcium dans la laitue (ce qui m’étonna au début), et que si elle se faisait une salade par exemple, ben ça lui donnait une portion de calcium.

Pourrais-je y arriver?

Il y a certains moments où je me posais la question : Serais-je capable d’être vegan? Mais non! À l’époque j’aimais beaucoup trop la crème glacée, pour penser à être vegan! Et puis, j’ai toujours aimé les produits animaux, sauf les fruits de mer et le poisson.
Étant plus jeune, j’avais essayé à maintes reprises d’être végétarienne. Mais comme j’aimais trop manger certaines viandes, j’avais de la misère à le demeurer. Ça faisait de moi une végé, omnivore, végé, omnivore, végé omnivore etc…Ce n’était pas clair, et ça amenait beaucoup de confusion (surtout dans les partys ou dans les rencontres familiales). Donc pour faire simple je me déclarais omnivore. Point.

Aussi, pendant mon enfance, j’avais des bémols avec le lait de vache. Quand je prenais un verre de lait de vache chez mes grands-parents par exemple, j’avais quasi instantanément mal à la gorge, et je me la raclais. Ça m’a fait ça à plusieurs reprise, et ma mère m’a demandé d’éviter le lait. Parfois je ne voulais pas comprendre. J’aimais trop ça pour me dire d’arrêter d’en boire, alors il y a des moments où j’en prenais quand même. Bon, évidemment je ne prenais pas toujours du lait, il y a eu beaucoup de moments où je dis non au lait, et demandai du lait de soya à la place. Au final je n’arrêtai pas pour autant ma consommation.
Mais s’il y a une chose dont je suis fière aujourd’hui, c’est que depuis que mes parents ont eu des enfants, ils n’ont plus acheté de lait de vache. Seulement du lait de soya ou d’amandes. Aujourd’hui je trouve ça cool!
Comment suis-je devenue vegan?

L’idée m’est venue sérieusement vers la fin de l’année 2014. J’entendais parler de plus en plus du véganisme. Quand j’avais
des questions je les posais à ma meilleure amie, elle m’expliquait, et j’en tirais mes conclusions.
Ce fut intense à certains moments. Le véganisme me stressait! J’étais en pleine période de choix, en train de chercher ma voie vers un mode de vie qui me convenait. Pour être honnête, le véganisme me semblait être un bon chemin mais ça m’effrayait car il représentait une option qui provoquerait de grands changements dans mon quotidien. Il y a même des soirs ou j’en pleurais. J’hésitais à faire le pas. Oui je savais bien ce qu’on faisait aux animaux et c’est triste. Et oui j’avais envie de les aider. Mais le fait que ça touche mon alimentation était énorme pour moi. J’essayais de m’expliquer que les traitements réservés aux animaux était injustes, que les maltraiter de la sorte n’était pas acceptable. Mais arrêter de consommer certains aliments ou de prendre ou acheter certains objets m’apparaissait comme une barrière infranchissable. C’était trop difficile. Et puis, comment remplacer ce que j’aimais par quelque chose de vegan?
Un jour, au début de l’année 2015 je naviguais sur facebook (c’était le 17 Janvier je crois), je décidai de publier un reportage qui parlait de ”la face cachée de Coca-Cola” (car je boycottais déjà de grosse multinationales dont Coca-Cola, Pepsi, Nestlé etc…). Peu de temps après, je reçu un commentaires sur ma publication. Je vis que la mère de ma meilleure amie (qui est vegan également) m’avait partagé un reportage sur ”la face cachée de la viande”. Elle me dit que c’était un clin d’oeil à ma publication. Alors je visionnai.
Je fus hypnotisée par les images. Scènes d’horreurs et d’injustice défilaient devant mes yeux. J’écoutais attentivement les spécialistes de la chose en parler, j’analysais, je réfléchissais. Et plus j’écoutais, plus je trouvais que ça n’avait pas de sens! Alors, à la fin du reportage je pris la décision de diminuer ma consommation de viande. Je ne devins pas vegan immédiatement. Je devais faire quelques ajustements mentaux avant de plonger complètement là- dedans. Ce ne fut pas long d’ailleurs.

Le lendemain de ce visionnement, ma famille et moi allions sur la terre de mon grand-père pour nous y promener.
Avant de partir on devait se faire un lunch afin de pouvoir dîner là-bas. Et comme le reportage sur ”la face cachée de la viande” m’avait un peu enlevé le goût des produits animaux, je dis à mon père que je souhaitais me faire un lunch plus végé. Et c’est ce qu’on fit. Pendant que, par exemple, mon père achetait du fromage, moi je prenais du fromage vegan. Mais j’appris plus tard par ma mère que les ”Go Veggie” contenaient de la caséine.
Nous passâmes une super belle journée sur la terre de mon grand-père. De retour ce soir-la, ma décision était prise. Je ressentis le besoin d’aller en parler en premier à ma mère. Je lui annonçai : ”Maman, je veux être vegan”.
Ma mère l’a bien pris. Je lui dis que j’avais envie d’essayer d’être vegan une année et que si je n’avais plus envie après, je
n’aurais qu’à changer d’alimentation, c’est tout. Je pense me rappeler l’avoir annoncé à ma famille ce soir-là, et c’était correct. Le reste de la famille élargie est au courant. Ils me respectent et se montre très curieux sur le sujet. Je suis tellement contente qu’ils respectent mon choix!
Au début, ce fut difficile de manger ailleurs parce que les gens n’y connaissaient rien. Vint moment où ce fut la fête de ma petite cousine, et pour le dîner, rien de végétalien! Ce jour là je mangeai végétarien, parce que j’avais trop faim! Et puis il m’est arrivé des situations où, sans savoir, je consommais des trucs non-vegan. C’est comme ça pour tous les débutants, c’est pas grave, tu le sais pour les prochaines fois ce que tu peux manger ou pas…suffit de lire la liste des ingrédients!
Et puis quatre ou cinq mois plus tard, mon petit frère vint me voir pour me dire que lui aussi voulait être vegan. Il disait qu’il ne pouvait pas continuer de fermer les yeux sur l’industrialisation des produits animaux.
Alors en plus d’être vegan et d’être respectée, j’avais inspiré quelqu’un, mon frère le premier! Woaw! J’étais touchée et très contente! J’étais assez bien partie pour une première année…

Comment je vis avec le veganisme?

Aujourd’hui ça fait un an et demie que je suis vegan. Et je le vis assez bien…Même que j’en suis fière! (mais soyons clairs, j’aime la viande. C’est vraiment juste à cause du traitement
qu’on fait aux animaux que je refuse d’en manger…)
Aussi ce dont je suis contente c’est qu’en devenant vegan je me suis mise à connaître pleins d’autres choses que je n’aurais probablement pas connu en étant omnivore : comme par exemple certains produits vegan sur nos tablettes d’épicerie que je ne remarquais pas. Le véganisme m’a permis d’agrandir mon champ de vision.
Je pense que je fais un bon pas pour aider les animaux et la planète. Je ne pense pas que je sauverai la terre en étant vegan, non, je pense que je l’aiderai, tout simplement. C’est déjà ça!
Oui la planète subie de graves dommages collatéraux à cause de l’industrie animalière. Mais il y en a tellement d’autres…Nous pouvons faire beaucoup pour aider notre environnement! C’est pour ça que je nous encourage à toujours faire de notre mieux…pour nous-même, pour les autres, pour les animaux, pour l’environnement…et pour la planète toute entière!

Écrit par : Camille Quimper-St-Yves


Merci Camille xxx

  2 Replies to “Camille, 16 ans, a tiré ses propres conclusions !”

  1. Mylene
    September 26, 2016 at 9:41 pm

    Camille, J’aurais aimé avoir ton ouverture d’esprit à l’adolescence… Mais je suis devenue végane un peu plus tard, début vingtaine. Il n’est jamais trop tard comme on dit! Je suis heureuse qu’à la fin de ton texte tu mentionnes qu’il y a plusieurs autres combats pour aider la planète. Certaines personnes (même véganes!) ont tendance à l’oublier. C’est cool de voir que tu restes les yeux ouverts sur d’autres enjeux. Je suis sûre que ta génération et les prochaines apporteront de grands changements dans ce monde. Merci pour ce texte!

  2. October 6, 2016 at 4:25 pm

    Bravo à toi ! 🙂
    Pour ma part, j’avais déjà essayé de devenir végétarienne quand j’avais 15/16 ans, mais ça n’avait duré que 6mois… difficile de manger différemment que tout le monde quand on vit sous le même toit et qu’on ne connait aucun autre végétarien. Ce n’est que bien plus tard que je suis vraiment devenue végane. Donc chapeau à toi, ce genre d’histoire m’épate 🙂

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.